Mes travaux et moi


Ingénieur Ecole navale, DESS "Information et sécurité" CESD Université de Marne-la-Vallée, officier de marine (15 années de carrière embarquée - manoeuvre et navigation - bâtiments de surface et sous-marins, breveté transmissions, 10 années d'exploitation du renseignement militaire, 3 ans en poste de diplomate à l'étranger), j'ai entrepris depuis 2005 de théoriser la pratique de la fonction renseignement acquise au cours de toutes ces années.  

Tout en ayant pour ambition de contribuer à faire vivre une culture française du renseignement, mes travaux actuels restent encore loin des objectifs qui pourraient être fixés à son renouveau. Fort d’une longue expérience pratique de la discipline, je souhaite néanmoins convaincre du rôle central que l’exploitation doit jouer dans l’approfondissement de cette filiation entre intelligence économique et culture du renseignement que les professionnels de l’IE appellent de leurs vœux. Mieux comprise et bien servie par une méthodologie rigoureuse, elle seule, à mon avis, peut en effet contribuer à rendre cette culture digne d’être sollicitée, au-delà de son domaine traditionnel de la sécurité, par tous les acteurs de la vie politique et économique amenés à décider en environnement incertain ou mal connu.

Mes premiers travaux m’ont permis d’en poser les bases théoriques, préalable indispensable à toute nouvelle réflexion sur l’amélioration des structures du renseignement, et d’indiquer des pistes de recherche qui pourraient être développées en matière de méthodologie de l’exploitation de l’information utile.
J'ai entamé en 2014 un travail de thèse portant sur la fonction "Exploitation du renseignement" dans le cadre d'un doctorat en sciences de l'information et de la communication au sein du laboratoire DeVisu de l'université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC). à la poursuite de ce projet (cf. mon projet de recherche : "Le cycle de l'information et l'organisation des connaissances au service de l'anticipation - la fonction Connaissance et Anticipation, étude théorique, développements méthodologiques et applications pratiques + résumé)". Mon objectif, à moyen terme, est de poursuivre le développement de ce concept d’intelligence collective que j’ai introduit dans un article intitulé “Culture du renseignement et théories de la connaissance“, en l’élargissant à un domaine plus vaste que celui du seul renseignement de nature géostratégique auquel je suis pour l’instant limité. S'il est nécessaire de commencer par les aspects théoriques qu'il faut encore développer (cf. mon dernier article "L'organisation des connaissances au coeur de la démarche scientifique"), les applications pratiques de ce concept pourraient conduire à terme, dans notre monde numérique encore en gestation, à l’avènement d’une nouvelle génération de systèmes d’information, contribuant ainsi à doter le renseignement et, de manière plus générale le monde de l'entreprise, d’outils méthodologiques efficaces pour l’exploitation du renseignement (ou plus généralement de l'information utile) à usage civil comme militaire.


FB (novembre 2012)